Les plantes carnivores les plus faciles d’entretien

Les plantes carnivores les plus faciles d’entretien

La Dionaea muscipula est une plante carnivore qui mesure environ 10 cm de centimètres de diamètre, et qui est sans nul doute l’un des végétaux les plus extraordinaires qui soient. La dionée a la particularité d’avoir des trappes au bout de ses feuilles, qui se referment sur sa proie très rapidement. Elle croît exclusivement dans quelques tourbières dans les états de la Caroline aux USA, où il gèle en hiver !

Les Drosera, ou rossolis, sont des plantes d’intérieur qui croîent aussi bien en Australie qu’en Europe du Nord. La colle qui enveloppe les extrémités de la plante contient des enzymes qui vont digérer l’insecte englué. De croissance rapide, les plantes du genre Drosera se cultivent facilement.

Les plantes du genre Sarracenia ont pour origine les Etats-unis. Ces végétaux possèdent de longues feuilles qui secrètent du nectar : les insectes entrent dans le piège et y meurent noyés, car l’intérieur de la feuille est lisse, ce qui évite les évasions. Les urnes des Sarracenia se remplissent en quelques mois avec une très grande quantité de proies !

Conseils de culture de base

  • Les plantes carnivores de la famille des Drosera nécessitent une grande quantité de lumière. En été, sortez sans crainte vos plantes carnivores à l’extérieur pourvu que le terreau se maintienne toujours bien humide.
  • Laissez les mouches et autres moustiques se faire capturer naturellement.
  • Arrosez uniquement avec de l’eau osmosée, de source ou déminéralisée, et utilisez une autre eau si vous n’avez pas d’autre option.

 

  • Lors du rempotage, utilisez de la sphaigne ou substrat à base de tourbe blonde.

La plante carnivore Dionée, miracle de la nature

Connaissez-vous la dionée, encore appelée attrape-mouche, ou Dionaea muscipula ? C’est une plante carnivore originaire des tourbière de Caroline du Nord et de Caroline du Sud, aux États-Unis. À l’état naturel, elle ne pousse nulle part ailleurs dans le monde. Sa particularité ? Chacune de ses feuilles est terminée par un piège qui fonctionne exactement comme un piège à loup. Ce sont deux lobes dentés, ouverts, très colorés, dans lequel se trouvent quelques cils sensitifs. À leur contact, le piège se referme en moins d’une seconde. La mouche ou la guêpe qui passe par là n’a aucune chance de s’en sortir !

Pourquoi une plante fait-elle cela ?

La dionée est une plante pionnière ; il y a plusieurs millions d’années, elles n’était pas carnivore, mais la nature a dû l’adapter pour qu’elle survive à la pauvreté de son milieu de vie. Peu à peu, elle a développé un système pour absorber des nutriments et de minéraux d’une autre façon : en se nourrissant des insectes ! Elle est un des exemples les plus incroyables d’évolution végétale.

Est-ce qu’on peut cultiver une dionée chez soi ?

Bien que rarissime dans la nature, la Dionaea muscipula est très simple à cultiver ! Il faut retenir trois choses essentielles pour la réussir et obtenir une plante superbe :

  • Plein soleil autant que possible.
  • Arrosage abondant, à l’eau de pluie, déminéralisée ou osmosée : pas d’eau calcaire ni d’eau minérale, ses racines ne sont pas faites pour en absorber.
  • Culture à l’extérieur : la dionée résiste au froid et plus, a besoin de froid, de saisons marquées comme nous les vivons…

Il existe de nombreuses variétés, qui se cultivent toutes de la même façon. Les couleurs varient beaucoup, du vert au jaune en passant par toutes les nuances de rouge et de pourpre…

Est-ce qu’il faut donner à manger à la dionée ?

Non ! D’une part, cultivée comme il se doit à l’extérieur, les captures se feront naturellement… même s’il y en a peu, ce sera toujours suffisant. D’autre part, quand il n’y a pas d’insectes (hiver), la plante est en dormance. Ses fonctions biologiques sont ralenties et elle ne capture pas durant cette période.

Si la dionée est parmi les végétaux les plus fascinants, il existe d’autres plantes carnivores, qui ont chacune leurs stratégies de captures : feuilles collantes, en tubes glissants, voire souterraines à aspiration…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *